x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

Ouverture du Pavillon André Grosselet Haut de page

Salle d'activités sportives
et de bien-être


Ouverture du Pavillon André Grosselet

Affiche Salle d'activités sportives et bien-êtreLa direction Snecma et votre CE ont inauguré vendredi 21 novembre 2014, le Pavillon André Grosselet, votre nouvelle salle d'activité sportives et de bien-être.

 

 


L'origine du Pavillon André Grosselet Haut de page

Depuis plus de 10 ans, vos élu(e)s réclamaient de nouvelles surfaces pour développer les activités de sports et de bien-être souhaitées par les salariés du site. C'est chose faite aujourd'hui, en une année symbolique où nous fêtons les 30 ans de la Carte du Temps Libre !

Pour rappel, dès 2003, la Carte du Temps Libre du CE a ouvert l'accès aux activités physiques et sportives, à proximité de chez vous avec les "coupons sports" qui permettent de régler vos inscriptions, adhésions, licences, etc...celles de votre conjoint ou celles de vos enfants.

En 1969, l'association Snecma Sports Corbeil fut créée pour développer le sport sur notre site. Elle est l'héritière de "Snecma Sport" qui fut crée par le Comité Central d'Entreprise en 1945.

Aujourd'hui, le Pavillon André Grosselet et les équipements qu'il contient vont permettre au CE de continuer à développer les activités physiques et de bien-être dans l'entreprise.


Pourquoi le nom "André Grosselet" Haut de page

André Grosselet portraitLes élu(e)s du CE ont choisi de nommer ce nouveau bâtiment le "Pavillon André Grosselet" pour rappeler l'histoire de notre établissement Snecma (issu du déménagement du site historique du Boulevard Kellermann dans le 13è arr. de Paris) et la première salle d'activité sportive créée par le CCE Snecma en 1953. Cette première salle s'appelait "Stade Grosselet" (ancienne piscine qui fut comblée pour être transformée en gymnase).

Le nom choisi à l'époque pour cette installation sportive, honorait un collègue de Gnome et Rhône assassiné par les Nazis pour fait de résistance.

Il était né le 8 février 1915 à Marseille et était rentré à la FSGT en 1934. Il accéda à la direction du Comité régional en 1937 et fut membre de l'Union Sportive de Gnome et Rhône. Mobilisé en 1939, il a, comme beaucoup, participé à la retraite de 1940. Il fut fait prisonnier mais s'évadera grâce à ses qualités sportives.

En 1941, il reprend son emploi de dessinateur aux usines Gnome et Rhône.

A l'origine de tous les mouvements revendicatifs, il se trouve naturellement amené au travail clandestin de distribution de tracts et journaux, aux premiers actes de sabotages.

Traqué par la police en 1942 dans la région d'Amiens où il organisa la résistance des sportifs et la diffusion de "Sport Libre" (Organe national des sportifs anti-nazis, seul journal de sport paru dans la clandestinité). Dénoncé, il est appréhendé le 21 octobre 1943 à Lille par 10 policiers. Il est torturé pendant 10 jours, puis livré à la Gestapo le 3 novembre, il continue de subir la torture et décède le 11 novembre 1943.